RSS
A
A
A
FR
Vrai / Faux
Recevoir un produit gratuit à l'achat d'un autre c'est faire une bonne affaire ! ...
Le chiffre
180
L’analyse de 180 indicateurs tant en matière de consommation et d’achats...
Une histoire
Télé achat : Home Shopping Europe jette le gant
Le télé achat n'est pas toujours de tout repos. Comme le raconte...
Epinglé
Outlet, la bonne affaire
Panique à bord ! IL aura fallu que la télévision d'Outre Rhin dénonce quelques...
Astuce
Un prix affiché qui se termine par 9 possède un pouvoir d’attraction sur le...

Histoire

Un marchand de meubles et des techniques de vente très agressives

15/08/2012
Vendredi matin, Arthur B. reçoit un coup de téléphone de «France Télé Jeux» le prévenant qu’il a gagné un fer à vapeur et une perceuse électrique qu’il peut aller retirer de mardi à samedi chez un marchand de meubles de Boussu-Bois (Hainaut)

Au téléphone, le téléopérateur insiste. Le consommateur doit se présenter au magasin avec Madame. Comme il est célibataire, il répond que cela lui paraît difficile. Oui, continue l’opérateur du centre d’appel, mais vous ne pouvez pas venir avec une voisine? O.K.! Il convient, toujours au téléphone, qu’il se présentera avec sa voisine mardi en début d’après-midi. L’opérateur du centre d’appel déclare qu’il va envoyer confirmation de cette conversation.

Quelques jours plus tard, l’opérateur du centre d’appel téléphone à Arthur B. pour vérifier s’il viendra bien retirer ses cadeaux. Il confirme mais signale qu’il n’a pas reçu la confirmation écrite annoncée. L’opérateur lui donne alors l’adresse du magasin et un numéro de dossier du cadeau: 225403.

Le lendemain, au courrier, il reçoit la confirmation et se rend avec sa voisine vers 14h15 au magasin. Une vendeuse engage le dialogue:

La vendeuse: «Tiens, vous n’avez pu venir avec madame?»

Le consommateur: «De fait, j’ai signalé au téléphone que j’étais célibataire, et on m’a dit que je pouvais venir avec une voisine».

La vendeuse: «Je ne sais pas ce qu’ils disent au téléphone, mais je ne pourrai vous remettre alors que votre perceuse, et pas le fer à repasser. Ce sont les instructions de France Télé Jeux.»

Le consommateur: «Excusez-moi, mais on m’a bien précisé que je n’avais pas d’obligation d’achat et que je pouvais venir avec une dame de mon choix. La voici. Je souhaite avoir également le fer à repasser.»

La vendeuse:«Installez-vous là bas, je vais voir.»

La vendeuse s’en va discuter avec un responsable du magasin pendant que les deux consommateurs s’installent dans un des salons en vente. La vendeur revient.

La vendeuse: «Voilà, vous avez le choix : ou ceci (une boîte avec divers outils : clés, tournevis,…) ou alors je vous fais un bon pour une perceuse électrique parce que nous sommes en rupture de stock des perceuses.»

Le consommateur:«Faites-moi un bon!»

La vendeuse s’exécute sous le regard du responsable qui est resté au comptoir et qui manifestement suit la conversation.

Le consommateur: «Et le fer à repasser, vous êtes aussi en rupture?»

La vendeuse: «Non, il nous en reste quelques uns.»

Le consommateur: «Alors, j’en désire un.»

La vendeuse: «Ce n’est pas possible, monsieur… en regardant en direction du responsable…»

Le consommateur: «O.K. Dès que je rentre chez moi, je préviens les pouvoirs publics.»

Sur le parking, un monsieur accoste lr consommateur depuis sa voiture: «C’est des voleurs, hein! Ils disent qu’ils ne faut rien acheter, mais si vous n’achetez pas, ils ne vous donnent pas les cadeaux promis, soi-disant qu’ils n’en ont plus!»

Ce dialogue est malheureusement symptomatique des techniques de vente agressives développées par certains vendeurs du secteur des meubles. Et le magasin de Boussu-bois n’en est pas à sa première action. Mais ces pratiques se développent à plus large échelle tant en France qu’en Belgique. Et le modus operandi est bien connu.

Tout d’abord faire venir les consommateurs sur le lieu de vente. Un appel téléphonique de C C G (call center games), F T J (France Télé Jeux) et autres, organismes présentés comme officiels et sous contrôle d’huissiers, - Une invitation à venir, en couple – car c’est en couple que les meubles s’achètent - , retirer des cadeaux. Ensuite, sur place, faire miroiter des remises mirobolantes (50 % et plus) sur des prix affichés très élevés et souvent jamais appliqués.

Enfin, faire signer, immédiatement, un contrat et assurer une livraison rapide.

Cette méthode de vente pourrait être assimilée au démarchage à domicile mais, pour en apporter la preuve, il faudrait que le consommateur fasse une copie de l’invitation avant d’aller chercher son cadeau.

Ces magasins ne s’installent souvent que pour quelques mois puis disparaissent de la région quand elle a été exploitée. Puis d’autres reviendront s’installer....

Ces méthodes qui abusent de la faiblesse des consommateurs existent depuis plusieurs années et rencontrent, un succès toujours identique auprès des consommateurs car la technique du pied dans la porte a démontré depuis longtemps son efficacité.

Mieux vaut s’abstenir et ne fréquenter que des vendeurs sérieux ayant pignon sur rue depuis plusieurs années.