RSS
A
A
A
FR
Vrai / Faux
Un label peut donner l’illusion d’améliorer la qualité d’un produit. ...
Le chiffre
61%
L'avantage fiscal constitue un argument pertinent aux yeux de 61% des consommateurs...
Une histoire
Taxer le comportement : un nouvel outil de politique sociale ?
La fiscalité va-t-elle connaître un nouvel élan ? En...
Epinglé
Les wearables visent les 15-30 ans
Aujourd'hui, l'argument technologique ne suffit plus pour faire vendre. En...
Astuce
Ne jamais s’engager sur une simple parole, toujours exiger un contrat écrit. Un...

Histoire

La consommation des femmes est influencée par leur cycle menstruel

15/08/2012
Pendant la période de fertilité, les femmes se maquillent davantage, achètent plus de cosmétiques, de vêtements et limitent leur apport en calories. Pendant la période d’implantation potentielle de l’embryon, elles augmentent leur volume d’achat dans les magasins et consomment davantage des aliments caloriques.

Selon une étude réalisée par le département Marketing de la Concordia University de Montréal, -59 femmes qui ont relevé quotidiennement pendant 7 semaines leurs achats, leur consommation de produits de beauté, alimentaires ou les vêtements portés -, les femmes seraient plus attentives à leur apparence entre les huitième et quinzième jours du cycle de 4 semaines (période de fertilité). Elles se maquilleraient davantage, porteraient des vêtements plus attrayants et achèteraient plus de cosmétiques et d’autres produits textiles tout en limitant l’apport calorique sur le plan alimentaire.

Par contre, en phase lutéale - période pendant laquelle l’utérus se prépare à recevoir l’éventuel embryon -, les femmes consommeraient des aliments caloriques et augmenteraient leurs achats dans les magasins.

La théorie darwinienne de l’évolution pourrait expliquer les comportements féminins de séduction pendant leur période de fertilité et celui de leur survie et de leur embryon à d’autres périodes.

Raisons pour lesquelles, les femmes ont intérêt à faire preuve de vigilance au moment de leurs achats pour résister à ces pulsions inconscientes, sans réel besoin biologique.

A quand une alerte sur smartphone qui informe des risques d’achat impulsif?

Source

Saad G., Stenstrom E., Calories, beauty, and ovulation: The effects of the menstrual cycle on food and appearance-related consumption, Journal of Consumer Psychology, Volume 22, Issue 1, Pages 102–113, January 2012