RSS
A
A
A
FR
Vrai / Faux
Les points de vente cherchent de plus en plus à connaître en temps réel l'avis des consommateurs ...
Le chiffre
X 2
La consommation de médicaments chez les consommateurs de plus de 50 ans double par...
Une histoire
Coca-Cola, le buzz, l'ours et le sucre ...
Quand la firme d'Atlanta s'essaye au marketing 3.0, les consommateurs la...
Epinglé
Twitter, un réseau social miroir d'une époque
En Belgique, Tweeter est devenu un incontournable de la communication politique ...
Astuce
Ne partez pas avec une grosse somme d'argent, prenez des petites coupures et...

Recherche

Atelier du Chocolat : nouvelle implantation

14/08/2012
Installée à Carré Sénart avec ses bouquets de chocolat, l'enseigne basque a séduit du même coup consommateurs et promoteurs.

« A peu près un demi-mètre de turron. » Joli nom pour cette barre de nougat chocolaté appliquée sur une règle de 50 cm. Un produit qui reflète bien l'esprit des recettes exclusives à découvrir à l'Atelier du Chocolat, dont la vingtième unité vient d'ouvrir à Carré Sénart (la cinquième pour 2002). On y trouve les fameux bouquets de chocolat: 50 % des ventes.

C'est à Bayonne, en 1995, que Serge Andrieu, pâtissier de formation, a créé sa première boutique. Bien implanté dans le Pays basque, l'Atelier du Chocolat a peu à peu investi l'Hexagone. Avec un chiffre d'affaires de 4,6 M Euros en 2001, l'enseigne est en pleine croissance, +17% sur le mois de mai 2002 à périmètre constant. Mais les chaînes telles que Jeff de Bruges, avec une offre de prix assez proche, restent des concurrents potentiels. À l'Atelier du Chocolat, le panier moyen s'élève à 12 Euros, contre 30 Euros dans une chocolaterie traditionnelle. Un positionnement moyen-haut de gamme qui lui permet de toucher une clientèle assez large.

L'Atelier du Chocolat a également acquis la confiance de promoteurs comme Espace Expansion ou la Ségécé et reçoit des demandes spontanées d'ouverture de franchises. Mais Serge Andrieu reste prudent et s'interroge sur la pertinence d'ouvertures trop rapides de boutiques, d'autant qu'il ne dispose pas d'une structure suffisante pour maîtriser une expansion démesurée.

Source : D'Erceville A., LSA, Octobre 2002