RSS
A
A
A
FR
Vrai / Faux
Autant choisir un carburant à taux d'octane élevé qui améliore le rendement énergétique du moteur. ...
Le chiffre
29%
Près de trois consommateurs sur dix déclarent avoir déjà réalisé des achats en...
Une histoire
Chaque entreprise de logiciels perd plus de 30% de son chiffre d'affaires à cause de la contrefaçon.
Chaque entreprise...
Epinglé
Fake news et Fake Quotes
Donald Trump a popularisé les fake news. Sa fille Ivanka s'essaye aux fausses...
Astuce
Sur un marché public, la diffusion de musique permet au commerçant de se distinguer...

Histoire

sex.com : le sexe vaut de l'or

14/08/2012
Certains noms de domaine internet sont plus recherchés que d'autres. L'exemple par « sex.com », sésame à dollars que tout le monde s'arrache.

C’est l'histoire d'un nom qui vaut, aux dernières nouvelles, 65 millions de dollars. Un nom que deux hommes revendiquent, et que le monde entier leur envie pour l'argent qu'il représente. Un nom autour duquel les tribunaux américains se battent depuis maintenant près de huit ans. Ce nom, c'est celui que les internautes de la planète recherchent le plus fréquemment sur la Toile, et qui prouve une nouvelle fois... que le sexe mène le monde. Ce nom, c'est évidemment « sex.com ».

En 1994, alors que l'internet commençait seulement à s'étendre, nombre de petits malins se sont précipités sur les noms de domaines internet alors gratuits et se terminant tous par « .coin «, histoire de le vendre ou le sous-louer ensuite. Mais si les marques furent immédiatement protégées (pas question que Pepsi s'empare de cocacola.com !), il n'en fut rien pour les noms génériques, et donc pour le terme « sex » . Et c'est l'anonyme Gary Kremen qui, le premier, enregistrera le nom « sex.com «, Opération qui pendant 18 mois le recouvrira d'or : les propriétaires de sites X, nombreux et fructueux, lui offrent des ponts d'or pour pouvoir utiliser ce terme si simple à tapoter quand on a pas d'idées mais quand même des envies...

Mais un jour, surprise, Gary Kremen se rend compte que ce sex ne lui appartient plus ! II apparaît rapidement que la société qui gère les noms de domaine, Network Solutions, devenue depuis VeriSign, a par erreur transféré l'adresse à un autre propriétaire... Un certain Stephen Cohen, lequel avait fait parvenir à Network Solutions, et par simple courrier, une fausse demande de transfert au nom de Gary Kremen... Escroquerie géniale : Cohen, homme d'affaires extravagant et déjà riche, fait rapidement de « son nom » de domaine LA plaque tournante des sites pornos US, et revendiquera vite 250 millions de chiffre d'affaires annuels.

Évidemment, Kremen ne s'est pas laissé faire, et a entamé des poursuites judiciaires pour vol. Problème: un nom de domaine n'est pas une propriété au sens légal du terme. Et s'il n'y a pas de propriété, il n'y a pas de vol ! Un casse-tête juridique et judiciaire qui se poursuit encore et toujours devant les tribunaux. Dernier épisode en date : Kremen, après avoir été une première fois débouté, et une deuxième fois reconnu effectivement victime de vol, tente désormais de se retourner vers la société gestionnaire du nom. Car les 65 millions de dollars de dommages et intérêts qu'il est maintenant en droit de réclamer à Stephen Cohen ne sont pas près d'atterrir dans sa poche : Cohen a disparu quelque part au Mexique quand la justice, cinq ans plus tard, a finalement établi la fraude dont il s'était rendu coupable....

Kremen offre désormais 50.000 dollars pour le retrouver. Et donc enfin, remettre la main sur son sex ! Déjà négocié en 2006 pour une somme avoisinant les 14 millions de dollars, le nom de domaine a de nouveau été mis en enchères il y a quelques mois. Son prix ? 13 millions de dollars environ.

Pour rappel, voici quelques noms de domaines millionnaires :
  • Business.com : 345 millions de $
  • Fund.com : 10 millions de $
  • Porn.com : 9,5 millions de $
  • Toys.com : 5,1 millions de $
  • Vodka.com : 3 millions de $
  • Pizza.com : 2,6 millions de $
  • Call.com : 1,1 million de $
  • Poker.org : 1 million de $