RSS
A
A
A
FR
Vrai / Faux
Une étude mesure l'opinion de 400 consommateurs belges (code de 1 à 5) à propos d'une marque de lessive. La variable opinion est une variable ...
Le chiffre
44%
La rentrée scolaire constitue un moment important pour certains ménages. Moins...
Une histoire
Bitcoin
Bitcoin, le lingot d'or virtuel créé par un inconnu et un algorithme virtuel s'accumulerait-il sous la forme...
Epinglé
Mieux Manger, Meilleur pour la santé ...
La grande distribution propose depuis quelque temps, aux consommateurs, des produits...
Astuce
Pendant la négociation, demandez une réduction si vous avez la possibilité...

Recherche

Des informations ou désinformation en solde

30/01/2014
Lire aussi
A coup de guerre de communiqués, les commerçants tentent de rallier les consommateurs à l’idée que la période des soldes est synonyme d’achats compulsifs et de bonnes affaires.

3 janvier 2014

L’agence de presse BELGA relaie le communiqué de presse du Syndicat neutre pour les indépendants (SNI): «Soldes - Bonne première journée de soldes, se réjouit le SNI «. Les résultats de la première journée de soldes sont meilleurs que ceux de l'an passé, avec un chiffre d'affaires en hausse de 1 pc par rapport à 2013, ressort-il d'un tour de table effectué par le Syndicat neutre pour indépendants (SNI) auprès de 227 magasins de vêtements et de chaussures. «Cependant, les commerçants - qui attendent beaucoup des 3 premiers jours de soldes - sont en général plutôt pessimistes quant à cette période, seuls 20% d'entre eux pensant mieux faire que lors des soldes d'hiver l'an passé», a précisé le SNI dans un communiqué. «Cela nous réjouit que les commerçants aient pu faire un bon chiffre aujourd'hui/vendredi. Les consommateurs sont apparemment à la recherche d'un bel article à bas prix», a de son côté réagi Christine Mattheeuws, présidente du SNI, citée dans le texte. Par ailleurs, selon le syndicat pour indépendants, la moitié des magasins disposent de stocks plus importants que l'an passé à la même époque, «ce qui est une bonne nouvelle pour le consommateur, mais qui est moins agréable pour le commerçant». Plus tôt dans la journée, l'UCM avait elle aussi fait état d'un bon début pour les soldes d'hiver.

Le journal l’ECHO[1]s’enthousiasme:«Les soldes d'hiver ont bien démarré». Le chiffre d'affaires des commerçants a grimpé de 1% par rapport à l'année 2013, selon le Syndicat neutre pour les indépendants (SNI). Les résultats de la première journée de soldes sont meilleurs que ceux de l'an passé, avec un chiffre d'affaires en hausse de 1% par rapport à 2013, ressort-il d'un tour de table effectué par le Syndicat neutre pour indépendants (SNI) auprès de 227 magasins de vêtements et de chaussures. «Cependant, les commerçants - qui attendent beaucoup des 3 premiers jours de soldes - sont en général plutôt pessimistes quant à cette période, seuls 20% d'entre eux pensant mieux faire que lors des soldes d'hiver l'an passé», a précisé le SNI dans un communiqué. «Cela nous réjouit que les commerçants aient pu faire un bon chiffre aujourd'hui/vendredi. Les consommateurs sont apparemment à la recherche d'un bel article à bas prix», a de son côté réagi Christine Mattheeuws, présidente du SNI, citée dans le texte. Par ailleurs, selon le syndicat pour indépendants, la moitié des magasins disposent de stocks plus importants que l'an passé à la même époque, «ce qui est une bonne nouvelle pour le consommateur, mais qui est moins agréable pour le commerçant».

Pour l'Union des Classes Moyennes (UCM), le premier jour des soldes connaît «un joli succès « avec des ristournes démarrant majoritairement aux alentours des 30% et montant jusqu'à 50% dans certains commerces, indique vendredi l'Union des Classes Moyennes (UCM) qui se base sur les premiers échos recueillis auprès des commerçants indépendants de Wallonie et à Bruxelles. «Si ce premier jour des soldes est jugé satisfaisant, les commerçants espèrent toutefois confirmer ce bon résultat au cours de ce week-end», précise l'UCM dans un communiqué. De nombreux magasins seront en effet ouverts ce dimanche.

En Flandre, le premier jour des soldes semble plus calme, les premiers résultats d'une enquête de l'Unizo faisant état d'une baisse du chiffre d'affaires allant de 3 à 5 pc, selon les régions.

«Les vêtements d'hiver, comme les grosses vestes, n'attirent pas les clients. Par contre, les pièces de base, comme les t-shirts, les pantalons et les chemises connaissent un beau succès», a détaillé l'organisation flamande selon laquelle 40 pc de la collection hivernale se trouve encore dans les rayons.

5 janvier 2014

L’agence de presse BELGA annonce «Soldes - Premiers jours ternes pour les détaillants mais plutôt positifs pour les grands chaînes «. Les soldes ont connu un début plutôt mitigé pour les vendeurs indépendants de vêtements, tandis que les grands magasins s'en sortent plus positivement, selon des coups de sonde menés respectivement par le syndicat national des indépendants SNI et la confédération Comeos. Selon le SNI, le chiffre d'affaires des indépendants après trois jours de soldes est en retrait de 0,5% par rapport à 2013. Celui des grandes chaînes serait en revanche en progression de 5%. «La baisse du chiffre d'affaires est surtout due aux températures douces», estime la présidente du SNI, Christine Mattheeuws. «S'il y avait quelques degrés de moins, les articles d'hiver se vendraient nettement mieux». Si les indépendants sont un peu à la peine en ce début de soldes, les chaînes s'en sortent en revanche mieux. «Pour les deux premiers jours, nous constatons une hausse du chiffre d'affaires de 5% et nous attendons aussi des résultats positifs ce dimanche», salue Marieke Huion, porte-parole de Comeos.

27 janvier 2014

Le site Moneytalk.be[2]annonce «Bilan décevant pour les soldes « reprenant le communiqué de presse de l’agence BELGA. Les soldes s'achèveront d'ici vendredi. Selon le Syndicat neutre des indépendants, ils se solderont par un résultat décevant. Selon les premiers chiffres, les recettes des magasins de vêtements et de chaussures ont diminué de 2% par rapport à la même période de l'an dernier. Un résultat qui vient s'ajouter aux mauvaises ventes d'un automne trop doux. Les vêtements d'hiver ne se sont pas vendus. Au cours de ces trois mois, les commerçants étaient 48% à avoir vu leur chiffre d'affaires baisser. Le piètre résultat actuel des soldes confirme donc le pessimisme qui prévalait avant même le cette période normalement propice à l'achat: seuls 20% des commerçants s'attendaient à une hausse de leurs ventes. En ce début de semaine, le léger rafraîchissement des températures et des réductions encore plus importantes pourraient avoir un impact positif, sans doute insuffisant pour faire basculer le résultat final. Le SNI a interrogé 394 commerçants. Dans certains magasins, la collection printemps-été se vendait déjà plus que les articles. Deux tiers des magasins de mode gardent les invendus en stock en espérant les vendre lors d'une prochaine période de soldes ou de ristournes tandis que 11% offrent leur stock à une œuvre de charité. Les commerçants ont souvent conclu préalablement un accord avec le contrôleur du fisc afin que celui-ci puisse constater que les marchandises invendues sont données. Ils ont alors une preuve que ces marchandises ne sont plus en leur possession et peuvent les retirer de leurs bénéfices afin de ne pas devoir payer de TVA.»

30 janvier 2014

Le journaliste Michel Lauwers publie dans l’ECHO[3]«Les commerçants ont bien vendu durant les soldes «. Le bilan des soldes d'hiver s'annonce positif. A deux jours de la fin de la période, les commerçants regroupés sous la houlette de la fédération de la distribution Comeos font état d'une hausse moyenne de leur chiffre d'affaires de quelque 5% par rapport à l'année dernière. L'absence de conditions vraiment hivernales a fait que les articles typiquement d'hiver sont d'abord restés dans les rayons. Mais dès qu'il a fait un peu plus froid, ces articles se sont vendus beaucoup mieux. Des clients se sont toutefois déjà laissé tenter par la collection d'été (non soldée), qui a connu un franc succès, ajoute Comeos, [le syndicat des professionnels de la grande distribution].

Une autre fédération, le Syndicat des indépendants et des PME SDI, est moins optimiste. Jusqu'ici, ses membres ont vu leurs ventes reculer de 2,2% sur un an, dit-il.

31 janvier 2014

C’est presque devenu une tradition : bien malin celui qui relèvera une tendance claire à l’heure de tirer le bilan des soldes. Ainsi, on notera que selon Comeos, la fédération de la distribution, les soldes furent « satisfaisants », avec une hausse du chiffre d’affaires de 5 % pour les commerçants. L’Union des classes moyennes (UCM), qui ne se risque pas à un bilan chiffré, parle de « statu quo dans les grands centres » et de « baisse plus ou moins forte dans les noyaux secondaires ». Si l’on s’en réfère au décompte du Syndicat des indépendants et des PME (SDI), la baisse « approximative » des ventes est de 2,2 % par rapport aux soldes d’hiver 2013. Le Syndicat neutre pour indépendants (SNI) évalue la baisse à 2 %, alors qu’elle serait de 4% selon l’Unizo, le syndicat flamand des entrepreneurs et indépendants. On vous laisse calculer la moyenne… Concluait Le Soir[4].

Décoder l’information

A chaque période de soldes, le discours des professionnels est souvent identique. Fol espoir en début de période pour inciter le consommateur à acheter, bilan (très souvent) mitigé en fin de période s’accompagnant d’une comparaison par rapport à l’année antérieure.

L’information communiquée pendant cette période ne reflète pas la réalité. Elle est partiale et partielle. D’une part, car elle poursuit l’objectif, en début de période, de convaincre les consommateurs d’acheter en solde. D’autre part, car elle repose plus sur des déclaratifs ou des perceptions que sur des analyses précises et complètes. Ainsi, comment un vendeur peut-il le premier jour des soldes se déclarer satisfait quelques minutes après l’ouverture du magasin? Au mieux, il cherchera à communiquer son espoir de réaliser un chiffre d’affaires élevé. Se limiter à comparer 2 périodes pose le problème de la référence initiale. Si les ventes de l’année antérieure sont moins élevées que les autres années, une hausse, l’année suivante, signifiera-t-elle une croissance importante des ventes ou un retour à la normale saisonnière. Ainsi, si l’année antérieure, les ventes ont chuté de 10%, une croissance de 10% ne signifie qu’un retour à la situation d’il y a 2 ans.

De plus, cette information est collectée via des sondages rapides auprès des membres des syndicats interrogés. Il convient donc de s’interroger sur la validité interne et externe des sondages réalisés. Les questions posées mesurent-elles précisément les ventes réalisées? Les commerçants interrogés répondent-ils objectivement au sondage? Disposent-ils des outils pour évaluer précisément les ventes? L’échantillon est-il représentatif? Quelle est la valeur prédictive d’un pareil sondage? Quelle est la marge d’erreur? Quels sont les biais propres à ces collectes d’information? Parle-t-on de gain de chiffre d'affaires ou de marge ? Et quand bien même, si un gain de part de marché peut paraître positif lors de la période des soldes, qu'en est-il s'il se produit au détriment des ventes traditionnelles à marge plus élevée ?

En conclusion: l’origine des sources d’information et l’analyse de leurs objectifs de communication sont primordiales avant d’utiliser toute source documentaire et toute donnée secondaire.



[1] http://m.lecho.be/9448056.art?sid=53819721

[2] http://moneytalk.levif.be/economie/finance-et-bourse/affaires-d-argent/finances-personnelles/bilan-decevant-pour-les-soldes/article-4000510146217.htm?nb-handled=true&utm_source=Newsletter-28/01/2014&utm_medium=Email&utm_campaign=Newsletter-RNBCASHFR

[3] http://www.lecho.be/nieuws/archief/Les_commercants_ont_bien_vendu_durant_les_soldes.9460410-7499.art?highlight=soldes

[4] Le Soir, 31 décembre 2014, page 19.