RSS
A
A
A
FR
Vrai / Faux
La dénomination "fait maison", "préparation maison" est synonyme de qualité. ...
Le chiffre
9%
Les consommateurs à revenu modeste consultent plus volontiers (9%) un(e)...
Une histoire
Organisation d'un supermarché : le concept Battard
Face à la concurrence, le supermarché doit se différencier. A cet...
Epinglé
Conflits conjugaux : un robot appelle la police
Non ce n'est plus de la science fiction. Aujourd'hui, un assistant domestique...
Astuce
En matière d'habillement, l'exposition en vitrine de vêtements aux couleurs...

Histoire

Les mojitos seront-ils bientôt interdit de préparation dans les bars New-yorkais de l’Upper East Side. Ingrédient en pénurie ? Absence de menthe ? Non, mais une belle histoire de dollars.

Le New York Post est formel : No more mojitos ! It’s the new cosmo — the most reviled drink in New York. And bartenders will do anything to stop you from ordering one.

Effectivement, quand plusieurs consommateurs commandent un mojito à l'Upper East Side sports bar Sin Bin, la réponse fuse : nous n'avons plus tous les ingrédients (rhum, de citron vert et de feuilles de menthe fraîche). Y aurait-il une pénurie de menthe à New York ? La menthe va-t-elle devenir un ingrédient hors de prix suite à une demande est forte croissance ?

Que du contraire. Il semblerait plutôt que l'effet social du Mojito - quand un consommateur en commande un, d'autres consommateurs ont tendance à passer la même demande -, exige un temps de préparation tel que les barmen préfèrent décliner la demande plutôt que d'y consacrer le temps nécessaire en invoquant, soit le manque d'ingrédients, soit en incitant le consommateur à orienter son choix vers un cocktail à préparation plus rapide.

Time is money et comme le cocktail demande 6 à 7 fois plus de temps de préparation qu'un autre cocktail, il suffit de faire l'impasse.

Certains barmen n'hésitent pas à en augmenter le prix pour décourager sa consommation. Alors, le mojito hors de prix ? C'est à voir ...