RSS
A
A
A
FR
Vrai / Faux
Un recensement donne toujours des résultats plus précis qu'un sondage sur échantillon ...
Le chiffre
45%
En Belgique, le nombre d'internautes effectuant des achats en ligne a doublé en cinq...
Une histoire
6% du chiffre d'affaires de l'industrie pharmaceutique est contrefaite
Contrefaçon : Le marché de la contrefaçon...
Epinglé
Belgique et E-commerce
L'étude menée à la demande de COMEOS,la fédération du commerce mesure...
Astuce
Les recommandations, même subjectives, d’un produit ou d’un service exercent une...

Recherche

Le drive-in : un nouveau canal de distribution

20/08/2012
En Europe, aujourd'hui, on connait le drive-in dans les fast food et dans la grande distribution. Demain, comme aux USA, on verra ce nouveau canal de distribution présent dans de nombreux secteurs comme le secteur financier ... Un changement pour le consommateur !

Drive-in, oui mais lequel ?

 

Evidemment, acheter au drive-in d'un fast-food n'est pas tout-à-fait la même chose qu'acheter dans la grande distribution ou à la banque. Même s'il s'agit de self-service, le consommateur de chez McDo est déjà installé, à table, au volant de son véhicule, dans une agence bancaire drive-in il pianoter sur le clavier qui doit être placé à bonne hauteur quelque soit le véhicule utilisé et dans une grande surface, composer sa liste d'achats au prélable pour prendre livraison de ses courses : on commande sur internet et l'enseigne charge les achats dans le coffre du véhicule du consommateur.

Et demain ?

A l'étranger, les banques, les pharmacies ou les services postaux offrent déjà ce type de services. Alors, pourquoi pas dans notre pays ? Le hic : le montant des achats en drive-in en grande distribution est souvent inférieur à celui réalisé par le consommateur au moment des courses. Le consommateur limite ses achats et évacue de sa liste les achats "plaisir" qui peuvent représenter un montant non négligeable.
Autre élément important, les commandes à distance ont conduit le consommateur à comparer les produits à l'avance, lors de la commande et non plus en magasin. Pratique pour des produtis connus à forte notoriété, moins intéressant pour les nouvelles offres.
De plus, le drive-in répond à une logique de l'offre sans qu'il ait exprimé une réelle demande. C'est pourquoi de nombreuses enseignes placent-elles le drive-in en phase de test.  D'autant que la fonction est peu épanouissante pour le travailleur. Elle limite les contacts humains et consiste à préparer une liste d'achats dans des cartons.
Enfin, le drive-in a un coût non négligeable pour l'entreprise. Sans doute la raison pour laquelle, la communication publicitaire pour ce type de service est quasi inexistante. A quand : le drive-in c'est moderne, cà fait gagner du temps ?