RSS
A
A
A
FR
Vrai / Faux
On peut manger équilibré pour 5 euros par jour et par personne ...
Le chiffre
29%
Près de trois consommateurs sur dix déclarent avoir déjà réalisé des achats en...
Une histoire
Ne signez pas n'importe quoi !
Un homme distingué d’une cinquantaine d’années, se présente un matin de janvier...
Epinglé
La distribution dans l'Archipel des Maldives
Plages et fonds marins réputés caractérisent l’Archipel des Maldives. Si, de...
Astuce
Vérifiez que le site d'achat en ligne n'est pas purement virtuel et que les...

Histoire

Le suspendu, une démarche solidaire

03/11/2014
Après le café suspendu, le suspend sand’wish veut offrir à une personne précarisée un sandwich que vous avez déjà payé.

Lancé en décembre 2012, le concept des "cafés suspendus” créé en Italie, à Naples, en 1993, permet aux clients qui le désirent d'acheter, à l'avance, un café destiné à quelqu’un qui ne peut pas se le permettre. Le caffè sospeso consiste à commander et payer deux cafés, un pour soi et un autre pour un client démuni qui en ferait la demande.

Avec la crise, ce phénomène a pris de l'essor, comme en Bulgarie. Dans la capitale, à Sofia, 150 cafés montrent leur solidarité en pratiquant la technique du café suspendu. Un geste convivial dans un pays où la pauvreté se fait grandissante.  Ainsi, des points de restauration rapide et des magasins d’alimentation élargissent le concept et proposent aux consommateurs d’acheter un pain ou un sandwich pour un démuni.

Il suffit qu'un consommateur commande des cafés, pour consommer de suite et "en attente". Les additions payées en attente sont affichées sur un tableau au comptoir.Lorsque le démuni entre dans le café, il voit donc les additions affichées et sait s’il peut bénéficier d’une eau, d’un coca, d’un café ou d’un sandwich déjà payé.Il lui suffit alors  d'interroger l'exploitant : "Avez-vous un café en attente ?"  En cas de réponse affirmative du cafetier, celui-ci lui sert la boisson désirée.

En France, les cafés en attente connaissent aussi un réel succès.

En Belgique, l'offre de produits suspendus se développe dans le Hainaut. On connaissait déjà l'initiative par les étudiants de la section assistant social de la Haute École en Hainaut à Tournai. En 2012, de la Saint Nicolas ou 31 mars, Neuf cafés avaient participé à cette action de solidarité. Celle-ci remet le couvert à Mons en élargissant le phénomène du café suspendu à l’alimentation :  le suspend sand’wish est né. Il permet à quelqu’un de démuni de profiter d’un sandwich que le client a déjà payé.