RSS
A
A
A
FR
Vrai / Faux
Si, en rentrant à mon domicile après un achat, je constate une erreur sur on ticket de caisse, je peux toujours me faire rembourser. ...
Le chiffre
11%
1% des consommateurs utilisent la combinaison 1234 pour le code de leur carte...
Une histoire
Un centime plus un centime
Chaque année, lorsqu'il calcule les intérêts que lui rapporte son compte d'épargne, Jan D....
Epinglé
Quand les indonésiens se mettent au crowdfunding
Le crowdfunding ou le financement participatif est un mode de financement très...
Astuce
Un tempo plus lent conditionne les femmes à apprécier le caractère luxueux et...

Recherche

Le Yield Management au resto

18/11/2015
Vendre ses tables comme les billets d'avion, une pratique qui se développe grâce au développement de la technologie ...

Le Yield Management consiste à faire varier le prix du service ou du produit selon le moment de la réservation, en fonction de l’offre et de la demande. Ainsi, par exemple, acheter un billet d’avion en dernière minute (last minute) peut revenir plus cher que si vous vous y prenez bien à l’avance (early booking).

Déjà des sites comme Groupon proposent aux restaurateurs d'offrir des menus à prix bradé pour être certain de remplir leur restaurant. Des restaurateurs proposent même leurs dernières tables à prix discount et en fonction du moment de la réservation, avec une réduction plus ou moins importante.

Souvent ces actions sont gérées par un acteur indépendant des restaurants qui gère une plateforme en ligne. Et les restaurateurs y adhèrent car une table vide est synonyme d'absence de recettes financières. Car, même s'ils ne comprennent pas toujours le principe du Yield Management, des restaurateurs n'hésitent à proposer des réductions (hors boissons) de 20 à 50 % en fonction du jour de visite du restaurant.

Verrons-nous bientôt des happy hours et des happy days à horaire variable en fonction du taux d'occupation du restaurant ?

En tout cas, du côté du marketing on line, des professionnels sont prêts à offrir un nouveau mode de consommation qui rapporte, à chaque couvert réservé,  une commission de quelques euros. La Belgique teste aujourd'hui le système mais nul doute que, dans l'avenir, celui-ci sera intégré à l'offre de chaque restaurant.