RSS
A
A
A
FR
Vrai / Faux
On peut manger équilibré pour 5 euros par jour et par personne ...
Le chiffre
22%
Un consommateur sur trois (33%) connaît les systèmes d'échange locaux (SEL) qui...
Une histoire
Marché parallèle des parfums : plus de 10% du marché mondial
En cosmétiques, la contrefaçon représente environ 5%...
Epinglé
Truquer les sondages en ligne
Chaque jour des sondages, plus fantaisistes que scientifiques sont proposés en...
Astuce
Repérer les habitudes de la population locale permet souvent de se régaler pour un...

Recherche

Outlet, la bonne affaire

25/07/2017
Panique à bord ! IL aura fallu que la télévision d'Outre Rhin dénonce quelques pratiques (d)étonnantes des Outlets Factory (Magasins d'usine) pour qu'enfin les pouvoirs publics belges s'interrogent sur la permissivité de la législation.

(D)Étonnant, ce magazine de la télévision allemande qui montre que les Outlets Factories abusent du terme pour vendre, non seulement des propos démarqués, d'anciennes collections ou des défauts de fabrication - ce qui n'est pas illégal - mais aussi  des collections parallèles de vêtements de marque produits spécifiquement pour la vente en outlets - ce qui n'est pas légal et pourrait s'assimiler à de la tromperie.

(D)Étonnante, la réaction du Ministre de la Protection des Consommateurs, Kris Peeters (CD&V), qui nous avions rencontré avant 2012 pour lui faire part des ventes trompeuses et lui avions proposé de réagir sur cette thématique et qui, aujourd'hjui, semble faire une découverte.

Bien sûr, on ne peut que partager ses accusations de tromperie" à l'égard de marques qui produisent sciemment des vêtements de moins bonne qualité pour les magasins outlets, sans que le consommateur soit informé de cette qualité moindre", mais l'on peut s'interroger sur la capacité des pouvoirs publics à identifier la pratique et sur le long délai qui s'écoule entre le constat d'une pratique et la réaction des pouvoirs publics.

Effet d'annonce, alors ? Peut-être ou peut-être pas. Seul, l'avenir le dira. Mais, pour preuve de sa bonne fois, le Ministre de la Protection des Consommateurs ne pourrait-il d'abord pas règlementer l'usage de la dénomination "Outlet" ?

Qui sait !