RSS
A
A
A
FR
Vrai / Faux
Un goût agréable est lié à l'odorat ...
Le chiffre
5,53 euros
Quand Madonna a quitté la scène de l'Olympia après 45 minutes de récital, ses...
Une histoire
Ethique et smartphone : Samsung épinglé
Le respect des travailleurs devient un sujet de préoccupation bien réel....
Epinglé
Quand les indonésiens se mettent au crowdfunding
Le crowdfunding ou le financement participatif est un mode de financement très...
Astuce
La veille du jour de fermeture, la durée de conservation limitée incite bon nombre...

Histoire

Un élève sabote une page Wikipédia pour ne pas se voir accusé de plagiat

05/01/2013
À l’ère numérique, Internet offre un accès illimité à la culture et à l’information. De nombreux étudiants n’hésitent dès lors pas à aller chercher les informations directement sur la toile, notamment pour la rédaction de leurs devoirs ou mémoires. Pour ne pas se voir accusé de plagiat, un étudiant a eu la bonne idée de modifier complètement la page Wikipédia consacrée au livre Le meilleur des mondes d’Aldous Huxley. Il avait en effet entièrement recopié la page pour son devoir de français et ne voulait pas que son professeur s’en aperçoive.
 
 
 

Ci-dessous, un aperçu du début du résumé de l'ouvrage revu et saboté par l'élève :

Méfiance, méfiance

Tous les textes disponibles sur Wikipédia sont distribués sous les termes de la licence Creative Commons qui régit les conditions de réutilisation et/ou de distribution d'œuvres. L’objectif est d’encourager de manière simple et licite la circulation des œuvres, l’échange et la créativité.

Cette licence permet aux auteurs de partager leur travail et d’enrichir le patrimoine commun de la culture et de l'information accessible librement. L'œuvre peut ainsi évoluer tout au long de sa diffusion et être modifiée à plusieurs reprises par différents auteurs.

Bien qu’il s’agisse d’un objectif louable, il faut toutefois se méfier des intentions et actes de certains auteurs. Dans ce cas, l’étudiant a en effet fourni une version amoindrie de l’article à l’ensemble des internautes (loin de se douter de la supercherie) pour ne pas être accusé de plagiat par son professeur et ne pas être sanctionné. Il s’agit par conséquent d’un acte purement égoïste qui ne respecte pas l’esprit de la licence Creative Commons.

Pour limiter la croissance du plagiat, les universités et autres écoles ont par ailleurs adopté des programmes informatiques permettant de repérer les extraits copier-coller tirés directement sur le net. Les sanctions à cet égard pouvant être lourdes et mener jusqu’à l’exclusion de l’élève dans certains établissements.

Conseil

Peu importe la supercherie utilisée, copier c’est tricher ! Pour ne pas se voir accusé de plagiat, mieux vaut toujours mentionner ses sources et utiliser les guillemets lorsque l’on souhaite copier l’auteur ou fortement s’en inspirer.

Sources

L'article original a été rédigé par Marc Vandercammen et publié sur le site du CRIOC.

Cet exemple a été repris sur le site du Journal Le Monde du 17 avril 2012  et consulté le 24 avril 2012