RSS
A
A
A
FR
Vrai / Faux
Une publicité vantant des prix bas toute l’année est plus efficace que de limiter les promotions à quelques jours. ...
Le chiffre
74%
le fait qu'un produit d'épargne solidaire soit garanti par un label de bonne...
Une histoire
La reconnaissance faciale sur facebook va-t-elle atteindre à la vie privée ?
Plusieurs Etats européens dont...
Epinglé
Quand les indonésiens se mettent au crowdfunding
Le crowdfunding ou le financement participatif est un mode de financement très...
Astuce
Le marketing peut sans doute inciter à consommer plus mais ne peut pas (encore ?)...

Recherche

Les obèses ont plus de risques de mourir... sur la route

25/01/2013
TF1 l'annonce. Les obèses ont plus de risques de mourir... sur la route. Preuve scientifique à l'appui. Ah !

L'annonce de TF1

Une étude scientifique l'affirme : les conducteurs obèses sont plus susceptibles de mourir lors d'une collision sur la route que les personnes de poids normal. En cause : leur moins bonne santé et le moins bon fonctionnement du mécanisme des ceintures de sécurité pour ces personnes.

Outre une morbidité accrue en raison des risques de maladies cardiaques, les personnes atteintes d'obésité souffrent également d'une plus forte tendance à mourir dans des accidents de voiture. C'est en substance ce qu'explique une étude publiée mardi dans une revue scientifique britannique, le British Medical Journal (BMJ).

Pour arriver à ces conclusions, les chercheurs de l'Université de Californie (Berkekey) et de West Virginia ont eu l'idée d'exploiter les données d'un système national américain d'enregistrement des accidents de la route, avec plus de 57.000 collisions répertoriés de 1996 à 2008. Ils se sont concentrés sur les accidents entre voitures particulières où l'impact a été violent et a entraîné la mort d'au moins un conducteur. "L'analyse a montré que le risque de décès augmentait avec l'obésité du conducteur, selon la classification de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS), qui classe l'obésité du niveau I au niveau III", selon le BMJ. Au niveau I d'obésité, les conducteurs obèses ont 21% de risque en plus de mourir dans un accident par collision par rapport aux conducteurs avec un poids normal. Au niveau II, le risque supplémentaire est de 51% et au niveau III, le risque est 80% plus élevé (?).

Les hommes en sous-poids également moins protégés

Les auteurs de l'étude suggèrent que "les conducteurs obèses sont plus susceptibles d'avoir des problèmes de santé, ce qui contribue à un risque accru de décès en cas d'accident". Mais ils pointent une autre explication : le moins bon fonctionnement des ceintures de sécurité pour les personnes en surpoids important. Des "crash tests" (simulations de collisions) réalisés sur des cadavres humains ont montré que les ceintures de sécurité étaient moins efficaces pour maintenir le corps des personnes obèses contre le siège en raison "des tissus mous supplémentaires" au niveau du ventre. Pour les auteurs de l'étude, "il se peut que les voitures soient bien conçues pour protéger des occupants de poids normal, mais déficientes pour les occupants en surpoids ou obèses".

A noter que l'étude montre au passage que les hommes en sous-poids sont également plus susceptibles de mourir dans une collision par rapport aux conducteurs de poids normal, mais de manière "modérée" avec un risque accru de 19%.

L'étude

Selon l'étude, un  obèse modéré voit son risque de décès s'accroître de +21% au cours d’un choc violent en voiture en comparaison avec un non obèse, et ce risque grimpe à +56% pour une personne présentant une obésité morbide (IMC>40).

"La sévérité d’un accident de voiture dépend de complexes interactions entre de multiples facteurs biomécaniques, incluant la vitesse de décélération à l’impact, l’utilisation d’une ceinture de sécurité, l’existence d’airbags, le type de véhicule, le poids et le type d’impact (frontal, latéral..)” explique un des auteurs de l’article, "mais l’effet du poids sur les séquelles corporelles liées à l’accident n’a jamais été évalué par les bases de données”.

"Les mannequins utilisés au cours des crash tests ont permis de sauver des vies en montrant comment un corps humain régissait lors d’un impact, mais ils n’apportent que des informations correspondant à des individus de taille et de poids normaux. Créer des mannequins représentant des patients obèses permettrait de mieux comprendre comment il est nécessaire d’adapter les véhicules” explique l’auteur de l’article, le docteur Dietrich Jehle, "il faudrait par exemple améliorer la capacité d’ajustement et de recul des sièges, et construire des véhicules qui possèdent plus d’espace entre les sièges et la colonne de direction’”. Faire des tests avec des mannequins correspondant à des individus ayant un IMC supérieur à 25 apporterait une sécurité supplémentaire à presque 30% de la population [américaine].

Méthodologie

Lors de cette étude réalisée aux États-Unis, les auteurs ont répertorié les accidents sévères ayant impliqué 2 véhicules (hors camions) entre 2000 et 2005. 155 584 accidents correspondaient aux critères d’un accident grave. Les conducteurs ont été classé en fonction de leur Indice de Masse Corporelle, en différentes catégories : en sous-poids, normal, surpoids, faiblement obèse, moyennement obèse et obésité morbide. 

Analyse


Si l'existence d'une corrélation est bien réelle, le risque de décès évolue avec la surcharge pondérale. Il augmente aussi chez les hommes en sous-poids. Le risque de décès augmente avec le poids sur base de la comparaison entre le surpoids et le poids normal (mesure de l'OR). A la lecture du classement ci-dessous, la recherche conclut que le risque de décès est supérieur en cas de sous-poids  ou d'obésité moyenne ou morbide. Est-ce donc le surpoids qui est la cause ou le fait que la sécurité du véhicule automobile est adaptée à un profil moyen et non à des différences par rapport à ce profil (sous ou sur- poids) ? Conclusion : le raccourci pris par le média pour accrocher le public est erroné.
 

Analyse statistique

L'ordre du plus bas au plus élevé suit le classement suivant  (OR, intervalle de confiance à 95%, significativité) : 

  • Surpoids (OR, 0.952; 0.911-0.995; P = .0293)
  • Légèrement obèse (OR, 0.996; 0.966-1.026; P = .7758)
  • Poids normal (OR, 1)
  • Sous-poids (OR, 1.115; 1.035-1.201; P = .0043)
  • Moyennement obèse (OR, 1.212; 1.128-1.302; P < .0001)
  • Obésité morbide (OR, 1.559; 1.402-1.734; P < .0001). 

Interprétation statistique

L’odds ratio (OR), également appelé rapport des chances, rapport des cotes ou risque relatif rapproché, est une mesure statistique, souvent utilisée en épidémiologie, exprimant le degré de dépendance entre des variables aléatoires qualitatives. Il est utilisé en inférence bayésienne et en régression logistique, et permet de mesurer l'effet d'un facteur. Il se définit comme le rapport de la cote d'un événement arrivant à un groupe A d'individus, par exemple un accident, avec celle du même événement arrivant à un groupe B d'individus. Les cotes sont à interpréter comme suit : 3 contre 1 signifie la personne a une chance sur 3 d'être accidentée. L’odds ratio est proche du risque relatif lorsque le nombre événements est faible. En d'autres termes, si p est petit alors p/(1-p) est à peu près égal à p. Si la survenue d'un événement arrive dans le groupe A est p, et qdans le groupe B, le rapport des chances est :


L’odds ratio est toujours supérieur ou égal à zéro. Si l'odds ratio est:

  • Proche de 1, la maladie est indépendante du groupe
  • Supérieur à 1, la maladie est plus fréquente dans le groupe A que dans le groupe B.
  • Bien supérieur à 1, la maladie est beaucoup plus fréquente dans le groupe A que dans le groupe B.
  • Inférieur à 1, la maladie est moins fréquente dans le groupe A que dans le groupe B.
  • Proche de zéro, la maladie est beaucoup moins fréquente dans le groupe A que dans le groupe B.

Par exemple, supposons que dans un échantillon de 100 individus de sexe masculin eu un accident de la route la semaine en cours, 90 sont obèses, tandis que dans un échantillon de 100 individus de sexe féminin dans le même cas, 20 dont obèses. L'odds ratio correspondant est de 36 :


Un odds ratio de "36" signifie que le risque lié à l'obésité serait bien plus fréquent chez les 100 individus de sexe masculin que chez les 100 individus de sexe féminin. On utilise souvent le logarithme de l'odds ratio.

p < 0,01 signifie que le risque de se tromper est inférieur à 1%. 

Source

Dietrich Jehle, Seth Gemme, Christopher Jehle, Influence of obesity on mortality of drivers in severe motor vehicle crashs, The American Journal of Emergency Medicine, 2010.  A noter que l'étude a été financée en partie par une subvention de la Federal Highway Administration (DTFH61-98-X-00103), allouée au Centre de recherches sur les blessures de transport et de l'Université de Buffalo Calspan Research Center, Buffalo, État de New York, USA.

DocBuzz, Accidents de la route : l’obésité accroît la mortalité

TF1, Les obèses ont plus de risques de mourir ... sur la route