RSS
A
A
A
FR
Vrai / Faux
Les enfants ne peuvent ouvrir un compte qu'à partir de 12 ans ...
Le chiffre
1800
Aujourd'hui, un Européen consomme près de 1800 animaux au cours de sa vie alors...
Une histoire
Coup du sous-marin
Finalement Jean Saint Pierre et Nicole se font servir. Le repas terminé, ils demandent l'addition et...
Epinglé
Conflits conjugaux : un robot appelle la police
Non ce n'est plus de la science fiction. Aujourd'hui, un assistant domestique...
Astuce
Vous avez plus de chance de négocier une réduction au moment où vous faites...

Recherche

Quand une action de sensibilisation se transforme en effet boomerang

01/03/2013
Une association voulait sensibiliser aux difficultés tarifaires rencontrées par des usagers des transports en commun. Mais l'entreprise a dénoncé le caractère incivique de l'action.

Des "Jeux Olympiques" pour éviter les contrôles de la STIB

BELGA en a fait son titre quand Inter-Environnement Bruxelles, la fédération de comités de quartiers et de groupes spécialisés dans la Région de Bruxelles-Capitale, relaie sur son site internet l'organisation d'un "championnat comico-sportif", dont les épreuves consistent notamment à éviter les contrôles de la STIB. La société de transports dénonce une action d'incivisme mais Inter-Environnement Bruxelles certifie s'être assurée qu'aucun délit ne serait commis.

Sous la dénomination "Jeux Olympiques: Déjouons la STIB", ces associations veulent dénoncer les mesures tarifaires et de contrôle de la STIB, qui visent à exclure et filtrer les sans-papiers et les chômeurs, ou encore l'espace marchand où on parle de clients et non d'usagers. La STIB est avant tout un service public, rappelle le collectif.

Quand l'ONG parle d'action ludique et symbolique et d'un appel à la réflexion critique sur les politiques tarifaires et sécuritaires de la STIB , la STIB parle d'une action d'incivisme. A ce titre, elle déclare vouloir protéger ses biens et ne pouvoir tolérer ce genre d'action.

Cette action a fait l'objet de critiques de la part non seulement de l'entreprise mais aussi d'élus politiques qui regrettent le caractère hallucinant de la démarche aussi inacceptable que scandaleuse. Un élu précise par ailleurs que la société bruxelloise de transport public offre la gratuité pour une série de personnes parmi les plus démunis. Elle pratique des tarifs réduits pour les chômeurs. C'est du grand n'importe quoi de l'accuser de vouloir exclure les sans-papiers et les chômeurs.

[Cette action] incite à ne pas respecter les lois. Ceci engendre par la même occasion des pertes à la Région, qui finance tant la STIB qu'IEB précise un autre car cette situation est d'autant plus choquante que l'ASBL Inter Environnement Bruxelles est elle-même financée par les deniers de la Région Bruxelloise.

Si l'objectif de l'action peut être perçu comme relevant des préoccupations de l'association, sa mise en oeuvre interpelle. Sans doute aurait-il mieux valu tester le concept avant de se lancer dans l'aventure.ll est vrai que la page internet consacrée à l’événement, selon lavenir.net précise que sous prétexte de sécurité et de lutte contre la fraude, la direction de la STIB a mis en place tout un dispositif de contrôle de notre mobilité. Mais ces investissements de la STIB, humains et technologiques, ne doivent pas nous faire oublier que la STIB est avant tout un service public qui doit permettre à tous de se déplacer librement.