RSS
A
A
A
FR
Vrai / Faux
Femmes et hommes apprécient dans les magasins la même ambiance musicale ...
Le chiffre
48%
Trois consommateurs sur quatre (75%) connaissent les produits issus du commerce...
Une histoire
Qui en veut à Nestlé?
Boycottez Nestlé. Contre la promotion malhonnête et la vente de lait en poudre pour nourrissons...
Epinglé
Empêcher l’introduction d'espèces non indigènes et d'agents pathogènes
La protection de la péninsule antarctique, un lieu à nul autre pareil, exige des...
Astuce
Sur un site web, une musique rapide favorise la mémorisation ou l’attention mais...

Recherche

Préparer son entreprise au Métavers

31/12/2021
Présentée comme une innovation technologique majeure, le Métavers pourrait constituer une opportunité pour l'entreprise. A elle de s'y préparer.

Au delà des effets d'annonce marketing des géants de l'internet, les entreprises pourraient déceler dans le Métavers une opportunité économique nouvelle dans cette réunion de toute une série d'initiatives technologiques

Qu'est ce que le Métavers ?

 
Méta, la nouvelle dénomination de Facebook propose de créer un monde virtuel en 3D rempli d’avatars au sein duquel l’individu pourra se divertir, commercer, dépenser et travailler, comme dans la vraie vie. 
 

Ne plus naviguer sur internet mais dans internet

 
La promesse est séduisante. Le consommateur va vitre dans un monde parallèle, tel que rêvé par Neal Stephenson dans "Le Samouraï virtuel" dès1992.Et l'intérêt des consommateurs y est bien réel  car les usages numériques qu'il propose se sont développés : réalité virtuelle, augmentée, visioconférence; commerce et jeux en ligne, blockchain... Il est vrai que le jeu  vidéo "Second Life" en 2003 proposait au joueur de vivre une expérience non scénarisée de création d'un avatar et de vivre différentes interactions sociales comme  la participation à des meetings politiques, le shopping en boutiques de marque, la possibilité d'assister à des spectacles culturels, et de connaître les aléas des arnaques ou de la prostitution.
  
Depuis d'autres jeux ont élargi le champ des possibles, de même que la pandémie de Covid-19 a accéléré nos usages numériques comme la télétravail, la visioconférence, le travail en équipe à distance avec Teams et Zoom, les achats et les jeux en ligne, les échanges virtuels et même la blockchain et les cryptomonnaies.
 
Selon le magazine Science et Vie (Janvier 2022), le volume d'usage consacré par les internautes a de quoi susciter l'intérêt des entreprises :
  • 300 millions d'utilisateurs de Zoom, une application de visioconférence en avril 2020
  • 42 milliards de minutes de visioconférences à la même période
  • 3,2 milliards d'heures passées sur Fortnite, le jeu vidéo made in USA
  • 5,29 milliards d'êtres humains utilisent un smartphone.
  • 4,88 milliards utilisent internet.
 Face donc de comprendre l'intérêt pour les entreprises qui y voient un réel potentiel de marché.

 

Transformation digitale des entreprises

 
Le Métavers va accélérer la transformation digitale des entreprises déjà encouragée par la pandémie covid-19. Sans doute sera-t-il possible dans quelques années de faire ses courses en réalité virtuelle, équipé de son casque VR, de gants et de sa liste de courses en parcourant les allées d'un supermarché virtuel sans devoir se frayer un passage parmi les autres chalands et de devoir attendre à la caisse. Bien sûr, le contenu du caddy virtuel sera livré, le lendemain au domicile du consommateur. Une belle réussite de l'économie de la paresse et, sans doute, le futur de l'achat en ligne et du showroom virtuel.
 
Mais la force de ce que les géants de l'internet annonce c'est la capacité du Métavers de permettre à l'internaute de basculer d'un environnement à l'autre de manière continue. Ainsi, lors d'une journée de télétravail, à la fin d'une réunion en distanciel, l'internaute pourra se détendre à la cafétéria virtuelle avec ses collègues.
 
De même, l'utilisation de la réalité virtuelle et augmentée permet au consommateur, d'anticiper ou de compléter ses expériences réelles et permet aux entreprises d'intégrer des informations supplémentaires dans leurs produits d'une manière amusante et passionnante. En retour, les clients peuvent se voir non seulement en train de regarder, mais aussi d’utiliser les produits. D'une certaine manière, les clients sont désormais en mesure de consommer le produit avant même de décider de l'acheter. Dans le secteur touristique, la réalité virtuelle encourage les touristes à visiter la destination réelle.
 
Parc d'attractions, concerts virtuels, mini-jeux, rencontres avec des fans... tout est imaginable. Adidas, Warner Music (Maison de disques) et Atari achètent des terrains dans The Sandbox ou la licence The Walking Dead. 
 
En interne, la pertinence du recours au Métavers se justifie dans la mise en place de formations virtuelles à risque ou trop coûteuses pour des essais dans la vie réelle, notamment en matière de sécurité et de prévention des risques industriels.

A quel prix ?

Mais la question de l'investissement demeure. Est-il aujourd'hui pertinent d'investir ? A quel prix ? Et dans quels projets ? Si certains projets ne dépassent guère les 20 000 euros pour des formations, d'autres atteignent facilement le demi million d'euros pour la réalisation d'une chaîne de montage virtuelle.

«On vient de récupérer les clés, c'est officiel : Carrefour est l'heureux propriétaire d'un beau terrain dans le Métavers » postait Élodie Perthuisot, directrice de la transformation digitale de Carrefour fin janvier 2022. Selon les données de la plateforme OpenSea, Carrefour a ainsi investi 120 Ethereum, soit un peu moins de 300.000 euros, pour acquérir une parcelle de 36 hectares dans le jeu vidéo The Sandbox.

A ce prix, toute entreprise devra calculer son retour sur investissement avant de s'y engager. Les experts estiment, qu'au bas mot, il faudra encore au moins dix ans avant que le Métavers devienne un produit à part entière.

Et à quel risque ?

Mais au delà du risque financier, les risques et effets pervers de ce système sont pointés par des experts sont nombreux : économie parallèle incontrôlable, schizophrénie digitale, augmentation des troubles psychiques, de la dépendance de consommateurs fragilisés rivés au produit, de la pollution par la multiplication des véhicules utilisés ou rejet de la responsabilité sur le consommateur individuel, les parents, l’école ou les pouvoirs publics. C’est oublier un peu vite la responsabilité sociétale d’entreprises qui possèdent une réactivité et une détermination pour développer des stratégies efficaces et redoutables.

Avec le danger que le Métavers ne reste à l'état de fantasme pour quelques géants de l'économie numérique qui cherchent à accumuler des revenus complémentaires et à abuser (déjà) de leur position dominante dans ce monde virtuel.

Lire aussi :

Métavers, et si l'avenir devenait noir ?

Horizon Worlds, le réseau social désiré de Marc Zuckerberg (Méta)