RSS
A
A
A
FR
Vrai / Faux
L'être humain n'utilise que 10% de son cerveau. Les autres 90 % sont une sorte de réserve inexploitée, laissant place au développement de toutes ...
Le chiffre
58%
4 familles sur 10 reçoivent une liste du matériel scolaire à acheter, et cela, de...
Une histoire
Vercingétorix vous écrit
N'avez-vous jamais rêvé de posséder des lettres de célébrités. Non pas de certains "has...
Epinglé
Halles de Bayonne
Un renouveau commercial des centres villes ...
Astuce
Sur un marché public, la diffusion de musique permet au commerçant de se distinguer...

Histoire

Une pyramide de coupons-réponses

15/08/2012
C’est en constatant, ce matin de juin 1919 que les coupons réponses internationaux que les clients joignent à leur commande pour payer l’objet de l’achat et son transport, coûtent moins cher que leur valeur faciale que Charles PONZI, citoyen américain, décide d’acquérir en grand nombre ces coupons-réponses.

Si en théorie le système devait être rentable, en pratique, il ne l’est guère. Car, après avoir déduit les frais de change, de transaction, d’expédition et autres, Charles PONZI s’aperçoit qu’il ne lui reste rien.Déçu il pense abandonner son idée quand, en en parlant autour de lui, il constate que de nombreuses personnes veulent investir dans son entreprise. Et il promet des rendements élevés grâce aux coupons réponses. Et il paie les premiers investisseurs mais le doute s’installe et Charles PONZI est arrêté et condamné pour escroquerie.

 

Le système pyramidal repose sur le fait que Charles PONZI se sert des capitaux des derniers investisseurs pour payer les intérêts des premiers. Pour le système perdure, il suffirait en théorie de trouver de nouveaux gogos. Mais, et c’est la loi du genre, il en faut de plus en plus jusqu’à ce que tout le monde ait souscrit. C’est pourquoi, au bout d’un certain temps, le système pyramidal s’effondre toujours. Et que de nombreux participants sont escroqués.

S’abstenir en n’oubliant pas que participer à un système pyramidal est passible de condamnation pour complicité.