RSS
A
A
A
FR
Vrai / Faux
Les insectes constitueront la nourriture du futur ...
Le chiffre
20%
20% des habitants de la Belgique ne possédaient pas d'ordinateur en 2012 et 21% ne...
Une histoire
Comment faire acheter un produit lors d'une dégustation ? 2eme partie
Dans la technique du pied dans la porte classique,...
Epinglé
Halles de Bayonne
Un renouveau commercial des centres villes ...
Astuce
La mémorisation de la publicité n’est pas liée à ses qualités mais à...

Recherche

Blue Monday : mentir pour vendre

22/01/2020
Le jour le plus déprimant de l'année se calcule au départ d'une formule mathématique complexe imaginée par Cliff Arnall, un professeur de psychologie. Étonnant ? Sans doute, quand on sait que derrière cette information se cache une opération de manipulation commerciale.

Une formule mathématique ?

Selon Wikipédia, Le Blue Monday, blues du lundi ou Lundi blues est le nom donné au jour le plus déprimant de l'année par une campagne publicitaire britannique pour la chaîne de télévision Sky Travel en 2005.

Il existe même une formule mathématique qui permet de déterminer avec précision le jour en question :

 

 

 W Weather (météo), (D-d) debt (différence des dettes contractées à la période des fêtes avec la capacité effective de remboursement avant la prochaine paie), T Time (temps écoulé depuis Noël), Q (temps écoulé depuis nos résolutions du Nouvel An), M (Manque de motivation), Na (besoin d'agir).

L'application de la formule donne les résultats suivants :

  • 2018 : 15 janvier
  • 2019 : 21 janvier
  • 2020 : 20 janvier
  • 2021 : 18 janvier
  • 2022 : 17 janvier
  • 2023 : 16 janvier
  • 2024 : 15 janvier
  • 2025 : 20 janvier
  • 2026 : 19 janvier
  • 2027 : 18 janvier
  • 2028 : 17 janvier
  • 2029 : 15 janvier

Une manipulation commerciale

Depuis plus de 15 ans, des entreprises utilisent cette référence pseudo-scientifique pour inciter le consommateur à dépenser sous prétexte de compenser la déprime générée par le début d'année (et la fin de la Trêve des Confiseurs),  une météo peu encourageante, l'attente du salaire mensuel, etc.
 
Plusieurs éléments jettent le soupçon sur cette théorie :

 Conclusion

 
Mieux vaut se méfier de théorie non prouvée scientifiquement et à tout le moins de toujours se poser la question face à la publication d'une information : Pourquoi est-elle divulguée ? Par  qui ? Quelles sont les sources utilisées ? Qui est le commanditaire de l'étude et quels sont ses intérêts à la publication des résultats ?