RSS
A
A
A
FR
Vrai / Faux
La préférence pour un fromage plus jaune ou plus blanc est d'origine culturelle. ...
Le chiffre
X 2
La consommation de médicaments chez les consommateurs de plus de 50 ans double par...
Une histoire
Brantano collecte les vieilles chaussures pour la bonne cause
Associé à des partenaires de premier plan, l'enseigne...
Epinglé
Les promos ne sont pas toutes de bonnes affaires
Un produit acheté, un offert, trois pour le prix de 2, 2+2 gratuits : ces...
Astuce
Pendant la période de fertilité, les femmes se maquillent davantage, achètent plus...

Recherche

Les guérisseurs, de drôles de marabouts ?

19/10/2012
Les guérisseurs exercent un commerce très lucratif. 8% des individus, en Belgique, déclarent déjà en avoir consulté pour un prix moyen de 40 euros, selon le CRIOC. Mais 22% croient en leurs prédictions.

Les guérisseurs n'hésitent pas à utiliser l'effet nocebo.

Se rendre malade par peur de quelque chose ou de quelqu’un, c’est possible. Les spécialistes des effets de la suggestion sur la santé constatent que l’effet «nocebo» pourrait expliquer les symptômes ressentis par des personnes envoûtées. Une personne qui est persuadée qu’elle est victime d’un sort vit dans une angoisse permanente qui peut, à son tour, déclencher des troubles du système digestif, des maladies de la peau, augmenter le risque de maladies cardio-vasculaires ou d’infarctus.

Une pratique bien rôdée

L’intervention du guérisseur est simple.

Première étape

Le consommateur au bout du rouleau vient en consultation à un moment de sa vie où il est particulièrement fragilisé et où le guérisseur apparaît comme l’ultime solution.

Deuxième étape

Tout au long des consultations, le guérisseur va affirmer au consommateur, après enquête, qu’il a découvert la source de sa souffrance et qu’il est bien envoûté.

Troisième étape

Le verdict rassure le consommateur car il justifie tous ses échecs en une seule cause, de surcroît extérieure à ce dernier. Le consommateur déresponsabilisé sera ainsi plus enclin à accepter les propositions du guérisseur, porter des amulettes, censées détourner le mauvais sort et améliorer l’état de santé du consommateur.

Quatrième étape

Il ne reste plus au guérisseur que de suggérer au consommateur de pratiquer le rituel nécessaire à la disparition du sort. Et souvent, le consommateur s’en trouvera satisfait, le mal se sera évaporé comme le contenu du portefeuille.

En savoir plus
Duplicate entry '0' for key 'PRIMARY'