RSS
A
A
A
FR
Vrai / Faux
On peut manger équilibré pour 5 euros par jour et par personne ...
Le chiffre
6%
Tout comme les consommateurs à revenu modeste (6%), les consommateurs à revenu...
Une histoire
Marché parallèle des parfums : plus de 10% du marché mondial
En cosmétiques, la contrefaçon représente environ 5%...
Epinglé
Le musée du marketing 3.0
Une visite guidée au musée du marketing 3.0 ...
Astuce
Acheter fruits et légumes en vrac pour générer moins d'emballage...

Recherche

En Belgique, un consommateur sur cinq n'est pas belge de souche. Le magasin s'adapte.

11/06/2018
Les chiffres parlent d'eux-mêmes: plus de 20% de la population belge est d'origine étrangère. Une première statistique qui sera snas doute plus élevée si on y intègre les immigrés qui ont acquis la nationalité belge.

Le consommateur allochtone augmente le volume de vente

Et ces consommateurs représentent un poids non négligeable en terme de pouvoir d'achat parmi l'ensemble des consommateurs. Sans oublier le fait que leurs habitudes de consommation a permis à de nombreux produits étrangers d'arriver en Belgique, de se faire connaître et d'intéresser les consommateurs "belgo-belges".

L'ethno-marketing

Le marketing à travers l'ethno-marketing s'intéresse au multiculturalisme et aux consommations spécifiques de ces nouvelles communautés. Aujourd'hui, les rayons de certains hypermarchés se réorganisent, comme chez Carrefour, en univers où la dispersion géographique est de mise. A côté des traditionnels produits européens en provenance de France, d'Italie, d'Espagne ou de Grèce, le consommateur y retrouve des produits d'origine plus exotique en provenance d'Asie, d'Afrique du Nord, d'Amérique, des anciens pays de l'Est Européen, etc.

La consommation allochtone influence la consommation des belges

La présence de ces produits représente une opportunité de (re)découvrir de nouveaux produits et d'apprécier les plaisirs de la gastronomie exotique. Ainsi, le couscous, aujourd'hui est devenu le plat d'origine étrangère, le plus apprécié et consommé en France. Il y a quelques années, ces produits rappelaient des souvenirs de vacances. Aujourd'hui, ils sont devenus des moments de consommation réguliers. Le chili con(sin) carne, le tajine, le riz cantonais, et autres plats exotiques sont cuisinés ou achetés tout prêts chez de nombreux ménages en Belgique.

 

Et même, si certains articles ne sont pas - encore - disponibles en Belgique, (comme des produits halals par exemple), la communauté allochtone va s'organiser afin de pouvoir les acheter malgré tout ici. Des produits comme le thé ou les bières sans alcool sont importés d'Afrique du Nord ou du Moyen-Orient et disponibles dans les magasins ethniques et même chez certaines enseignes traditionnelles.

Mieux encore, d'anciens magasins Albert Heijn et Carrefour Market sont réorganisés par des chaînes ethniques telles Tanger en Belgique et Pays-Bas. Les produits ethniques y côtoient les  grandes marques.Ce qui fait leur différence ? Peu ou pas de promotion pour les marques A mais une offre ethnique qui fait la différence et qui, elle, fait l'objet de promotion quand ils sont gérés par l'enseigne : boucherie, fruits et légumes.

Autre différence de taille : le consommateur allochtone privilégient les liens familiaux et le bouche à oreille. La réputation d'une marque y est donc essentielle. Les promotions y sont aussi efficaces que dans le marché autochtone à condition qu'elles ne soient pas trompeuses. Les consommateurs ne sont pas dupes et savent qu'une entreprise n'accorde jamais de réduction sans vouloir obtenir quelque chose en retour.»

Une connaissance de ce marché est cependant nécessaire pour présenter une offre qui réponde aux besoins de ces profils de consommation.