RSS
A
A
A
FR
Vrai / Faux
Un consommateur ne peut pas souscrire un emprunt rénovation s'il rembourse déjà un prêt hypothécaire ...
Le chiffre
4,70%
Les dépenses de santé moyennes d'un ménage atteignent 4,7% ...
Une histoire
Entente illégale sur les prix entre grandes surfaces
Pendant plusieurs années, les principales enseignes de...
Epinglé
Conflits conjugaux : un robot appelle la police
Non ce n'est plus de la science fiction. Aujourd'hui, un assistant domestique...
Astuce
Les recommandations, même subjectives, d’un produit ou d’un service exercent une...

Histoire

Soucieuse de valoriser sa production locale, le VLAM labellise plus de 150 produits du terroir.

Le Steunpunt Streekprodukten

Ce centre valorise la production régionale traditionnelle. Par l'imposition d'un logo, le consommatuer identifie facilement les produits locaux traditionnels. Ce label permet aux producteurs d'accroître la force de conviction de leur production et de rassurer le consommateur sur la qualité produite.

5 critères de reconnaissance

Le label est octroyé sur base d'un respect d'un cahier des charges qui comprend 5 caractéristiques.  

  • L'utilisation d'ingrédients locaux. Exception cependant pour les ingrédients exotiques utilisés en cuisine traditionnelle comme les amandes, le café, le cacao, les épices et pour les ingrédients locaux indisponibles en suffisance (!).
  • Les produits labellisés doivent être perçus par la population comme des spécialités régionales.
  • Les produits sont fabriqués selon des méthodes modernes de production  qui respectent les opérations typiques relatives à la fabrication des produits
  • Les produits sont fabriqués dans leur région d'origine
  • Les produits doivent avoir une origine ancienne (plus de 25 ans d'existence) ou être fabriqués au départ d'une recette ancienne.
Plus de 150 produits de bouche sont aujourd'hui labellisés dans des secteurs aussi divers que les productions brassicoles, les cafés, les friandises, les sirops, la pâtisserie, les productions maraîchères, les épices, les plats préparés, les alcools ou les produits laitiers.

Un label peu utile

Ces critères peuvent, a priori, apparaître comme sympathiques, ils ne garantissent malheureusement pas grand chose tant sur le plan de la qualité que de l'origine. Le cahier des charges est manifestement trop largement défini et permet des dérogations trop larges.