RSS
A
A
A
FR
Vrai / Faux
L’argent est un moteur de sélection sexuelle. ...
Le chiffre
140 secondes
Telle est la durée que Pizza Hut veut consacrer pour recruter son Social media...
Une histoire
Le hamburger bousculé
L'enfant terrible du hamburger belge, Quick, se débat pour retrouver une rentabilité acceptable....
Epinglé
Listes de courses vocales
La grande distribution connaît de nombreuses innovations. Pour preuve, la liste de...
Astuce
En personnalisant la demande, le vendeur incite le consommateur à y répondre...

Histoire

Le Flanders Made-In

25/09/2012
Soucieuse de valoriser sa production locale, le VLAM labellise plus de 150 produits du terroir.

Le Steunpunt Streekprodukten

Ce centre valorise la production régionale traditionnelle. Par l'imposition d'un logo, le consommatuer identifie facilement les produits locaux traditionnels. Ce label permet aux producteurs d'accroître la force de conviction de leur production et de rassurer le consommateur sur la qualité produite.

5 critères de reconnaissance

Le label est octroyé sur base d'un respect d'un cahier des charges qui comprend 5 caractéristiques.  

  • L'utilisation d'ingrédients locaux. Exception cependant pour les ingrédients exotiques utilisés en cuisine traditionnelle comme les amandes, le café, le cacao, les épices et pour les ingrédients locaux indisponibles en suffisance (!).
  • Les produits labellisés doivent être perçus par la population comme des spécialités régionales.
  • Les produits sont fabriqués selon des méthodes modernes de production  qui respectent les opérations typiques relatives à la fabrication des produits
  • Les produits sont fabriqués dans leur région d'origine
  • Les produits doivent avoir une origine ancienne (plus de 25 ans d'existence) ou être fabriqués au départ d'une recette ancienne.
Plus de 150 produits de bouche sont aujourd'hui labellisés dans des secteurs aussi divers que les productions brassicoles, les cafés, les friandises, les sirops, la pâtisserie, les productions maraîchères, les épices, les plats préparés, les alcools ou les produits laitiers.

Un label peu utile

Ces critères peuvent, a priori, apparaître comme sympathiques, ils ne garantissent malheureusement pas grand chose tant sur le plan de la qualité que de l'origine. Le cahier des charges est manifestement trop largement défini et permet des dérogations trop larges.