RSS
A
A
A
FR
Vrai / Faux
La variable profession exercée est une variable ordinale ...
Le chiffre
75%
Trois consommateurs sur quatre connaissent une forme d'économie solidaire : l'achat...
Une histoire
L'annonce matrimoniale
Jean Louis C. est heureux ce matin de décembre 1962 en attendant les passagers du paquebot Sainte...
Epinglé
Belgique et E-commerce
L'étude menée à la demande de COMEOS,la fédération du commerce mesure...
Astuce
Une bière dans un emballage transparent paraît même plus désaltérante que dans...

Histoire

Un enfant dépense des milliers d'euros sur Apple

25/03/2013
Les achats sur Internet par des adolescents connaissent des développements spectaculaires. Certains enfants et ados y dépensent de véritables fortunes ... que les parents doivent payer.

Dany, 5 ans,  a dépensé 2000 euros en applications Zombie VS Ninja, Théo, 8 ans, 1000 euros pour le jeu The Simpsons : Tapped Out, Cameron, 13 ans, 4300 euros en jouant à plusieurs applications telles que Plants vs Zombies, Hungry Shark et N.O.V.A 3.

Souvent ces achats sont effectués à travers le système in-app purchase intégré dans les applications. De ce fait, peu d'acheteurs prennent conscience de leurs actes.

Et dès que les parents s'aperçoivent du volume acheté et qu'ils veulent s'adresser à Apple pour un remboursement, la firme a tendance à refuser sous prétexte de responsabilité parentale. Les parents, eux, expliquent cette demande de remboursement par le fait que les enfants ont été dupés.

Dans le cas de jeunes enfants, Apple a déjà remboursé mais ces cas pourraient être assimilés à de l'abus de faiblesse et entacher l'image et la réputation d'Apple et même conduire les parents à ne plus offrir des produits de la marque. Apple a même publié un guide de conseil pour limiter les achats abusifs !

Reste à voir comment les consommateurs réagiront. Car, derrière la volonté de la firme de limiter les impacts négatifs, les questions de la responsabilité parentale, de l'éducation et de l'incitation à l'achat des mineurs restent posées.

Une entreprise, sous prétexte d'activités commerciales, doit-elle considérer un enfant comme un consommateur en herbe et favoriser l'accès à n'importe quel produit ?