RSS
A
A
A
FR
Vrai / Faux
Le sac à main est un véritable nid à microbes ...
Le chiffre
180
L’analyse de 180 indicateurs tant en matière de consommation et d’achats...
Une histoire
Honda paie 25 millions pour clore une affaire de discrimination
Juin 2015 : Le constructeur automobile japonais Honda a...
Epinglé
Des trolls russes actifs sur Twitter en Belgique et aux Pays-Bas depuis les attentats
...
Astuce
L’exposition dès le plus jeune âge à des odeurs caractéristiques que ce soit...

Histoire

Quand la toile permet d’améliorer la pharmacovigilance

20/08/2013
Les moteurs de recherche et les forums constituent souvent des ressources encore peu utilisées pour connaître la perception des consommateurs en ce qui concerne le vécu de l’utilisation d’un produit.
Il n’est pas rare de trouver d’y trouver de nombreuses informations déposées par les utilisateurs eux-mêmes. Surtout en matière de médicaments devant l’insuffisance des informations remontées par les professionnels de la santé. D’autant qu’un consommateur qui déclare des effets indésirables, les présente souvent d’une manière différente des professionnels de la santé en parlant davantage de ce qui affecte la qualité de vie, alors que les médecins se concentrent sur les cas graves.

Mais le danger des faux positifs est bien réel. Difficile pour un patient de faire la différence entre un trouble causé un médicament et celui de la maladie. De ce fait, les informations fournies ne constituent que des signaux avant-coureurs à confirmer par l’étude des dossiers médicaux ou des tests en laboratoire.

Quoiqu’il en soit, l’intérêt d’utiliser les moteurs de recherche et les forums internet spécialisés pour obtenir des renseignements à explorer a été confirmé par une équipe de chercheurs américains du centre de recherche de Microsoft et de l’Université de Stanford (Californie). A l’aide d’un programme de surveillance de la navigation internet, ils ont décrypté les recherches de 6 millions d’internautes sur Google, Bing et Yahoo à travers l’interaction de 2 molécules, - la paroxétine (antidépresseur) et la pravastatine (anti-cholestérol) -, qui prises ensemble favorisent l’hyperglycémie.

Les chercheurs ont développé un algorithme qui associe les termes «paroxétine et taux de sucre élevé» ou «paroxétine et pravastatine et polyurie» et montré que les internautes qui associent les deux molécules ont plus de chances d’y associer les symptômes de l’hyperglycémie que celles qui faisaient des recherches sur une des seules molécules.

En matière de santé publique, les auteurs concluent qu’il est possible d’accélérer la mise en place d’une pharmacovigilance fiable en prêtant attention à ces signaux et en les associant à d’autres sources d’informations.

Source: Pauline Fréour, Le Figaro, Internet pour détecter les effets secondaires, Le Figaro, 5 août 2013.