RSS
A
A
A
FR
Vrai / Faux
La musique est indissociable d'un site internet. ...
Le chiffre
69%
A peine deux consommateurs sur trois à revenu modeste déclarent lire les...
Une histoire
Un centime plus un centime
Chaque année, lorsqu'il calcule les intérêts que lui rapporte son compte d'épargne, Jan D....
Epinglé
Vous êtes unique
Vivre une expérience unique, telle est la promesse des VIP Package proposés aux...
Astuce
Un dépliant publicitaire remis au consommateur dans sa boîte aux lettres augmente...

Recherche

Phénomène de mode, le véganisme devient un mode de vie qui se développe au point de devenir un phénomène qui modifie les habitudes alimentaires des consommateurs et pourrait conduire à de nouvelles perspectives.

Le véganisme

En 1944 l'anglais Donald Watson inventait le le terme vegan.  Il désigne un mode de vie qui refuse strictement toute exploitation animale (tant la viande que les sous-produits animaux comme les laitages, mais aussi des vêtements comme le cuir, la laine, etc.).

60 ans plus tard, il se popularise au point que dans le moteur de recherche google, le terme a quadruplé. Un symptôme, sans doute, que ce mode de vie, connoté initialement négatif est perçu de plus en plus comme positif ou nécessaire.

Il s'est soudainement popularisé ces dernières années: entre 2004 et 2012, le nombre de recherches Google est resté à peu près le même, puis il a quadruplé entre 2012 et aujourd'hui.Au point que les publicitaires en ont fait un argument de vente, parfois paradoxal comme le steak sauce vegan.

Les carnivores contre-attaquent, les chefs étoilés diffusent

Les défenseurs de la consommation de viande s'en inquiètent au point que les médias débattent de la problématique à coup d'arguments culturels, gustatifs, sociaux ou de santé. Même les restaurants gastronomiques s'y mettent en proposant des préparations revisitées vegan. Des chefs étoilés n'hésitent pas à proposer des plats végétaux présentant de nouveaux goûts, de nouvelles textures, de nouvelles formes.

Les politiciens s'adaptent

Il est de tradition, il n'y a pas si longtemps, que les ministres de l'agriculture défendent l'agriculture et son secteur élevage. La dégustation de viande et cochonnaille était au menu de la Foire de Libramont. Mais, chemin faisant, les groupes de pression défenseurs des animaux ont réussi à ce que la condition animale devienne un thème de campagne. Même dans les laboratoires universitaires où l'expérimentation animale est de mise, les chercheurs s'émeuvent. La protection animale va-t-elle conduire les consommateurs à abandonner la consommation de viande ?

Qu'en penser ?

Une dynamique nouvelle liée au vegan se développe. Elle ne se limite plus à quelques militants mais se répand parmi l'ensemble de la population. Va-t-elle se traduire par une nouvelle approche du monde animal ? Va-t-elle conduire à une approche plus durable des comportements humains ? Seul l'avenir le dira.