RSS
A
A
A
FR
Vrai / Faux
Une baisse de prix en % est perçue comme égale à une même réduction présentée en valeur absolue. ...
Le chiffre
2539
Les consommateurs ont introduit en 2012 plus de 2.500 plaintes auprès du service de...
Une histoire
Un enfant dépense des milliers d'euros sur Apple
Les achats sur Internet par des adolescents connaissent des...
Epinglé
De nouveaux services chez Lidl
Lidl poursuit sa transformation. De hard Discounter, il devient un supermarché...
Astuce
Sur un marché public, la diffusion de musique permet au commerçant de se distinguer...

Recherche

Conflits conjugaux : un robot appelle la police

12/07/2017
Non ce n'est plus de la science fiction. Aujourd'hui, un assistant domestique numérique appelle les secours et coupe court aux violences conjugales.

Aux États-Unis,les assistants domestiques numériques tels que le Google Home ou l'Amazon Echo font aujourd'hui partie de l'équipement des ménages au même titre que le smartphone ou la télévision. Ce sont de véritables robots qui servent à organiser le quotidien de la vie des consommateurs en gérant l'agenda, l'envoi d'e-mails ou en diffusant les dernières informations.

Parfois aussi, ils peuvent déraper en déclenchant des alertes intempestives comme lors du Super Bowl où le Google Home avait démarré, après une publicité de Google, toute une série d'appareils électroménagers.

Parfois aussi, ils peuvent éviter des drames. Comme à Albuquerque au  Nouveau-Mexique.  Ainsi, la phrase prononcée par une personne "as-tu appelé la police", a été interprétée par Google Home comme une demande d'appel de la police.Les forces de l'ordre entendant les cris sont rapidement intervenues, dans une affaire de dispute conjugale qui a mal tourné, pour négocier avec l'agresseur.

La conclusion revient au shérif local  qui a constaté l'intervention de plus en plus fréquente des nouvelles technologies dans les différentes affaires : "l'usage inattendu des nouvelles technologies, qui a contacté les services d'urgence, a probablement sauvé une vie aujourd'hui".

En Europe, si les smartphones disposent déjà de la technologie, les sésames  "Dis Siri" ou "OK Google" sont encore loin d'être utilisés sur des assistants domestiques qui se font attendre.