RSS
A
A
A
FR
Vrai / Faux
Le poids d’un produit emballé correspond toujours au poids indiqué sur l’emballage ...
Le chiffre
7%
En matière de modification de l’installation de chauffage central, les...
Une histoire
Direct marketing : quelques succès stories
Des campagnes de marketing direct ont connu un réel succès. Présentation...
Epinglé
De nouveaux services chez Lidl
Lidl poursuit sa transformation. De hard Discounter, il devient un supermarché...
Astuce
Faire le tour du marché et comparez les prix. S'ils sont identiques, c'est que les...

Histoire

Un enfant dépense des milliers d'euros sur Apple

25/03/2013
Les achats sur Internet par des adolescents connaissent des développements spectaculaires. Certains enfants et ados y dépensent de véritables fortunes ... que les parents doivent payer.

Dany, 5 ans,  a dépensé 2000 euros en applications Zombie VS Ninja, Théo, 8 ans, 1000 euros pour le jeu The Simpsons : Tapped Out, Cameron, 13 ans, 4300 euros en jouant à plusieurs applications telles que Plants vs Zombies, Hungry Shark et N.O.V.A 3.

Souvent ces achats sont effectués à travers le système in-app purchase intégré dans les applications. De ce fait, peu d'acheteurs prennent conscience de leurs actes.

Et dès que les parents s'aperçoivent du volume acheté et qu'ils veulent s'adresser à Apple pour un remboursement, la firme a tendance à refuser sous prétexte de responsabilité parentale. Les parents, eux, expliquent cette demande de remboursement par le fait que les enfants ont été dupés.

Dans le cas de jeunes enfants, Apple a déjà remboursé mais ces cas pourraient être assimilés à de l'abus de faiblesse et entacher l'image et la réputation d'Apple et même conduire les parents à ne plus offrir des produits de la marque. Apple a même publié un guide de conseil pour limiter les achats abusifs !

Reste à voir comment les consommateurs réagiront. Car, derrière la volonté de la firme de limiter les impacts négatifs, les questions de la responsabilité parentale, de l'éducation et de l'incitation à l'achat des mineurs restent posées.

Une entreprise, sous prétexte d'activités commerciales, doit-elle considérer un enfant comme un consommateur en herbe et favoriser l'accès à n'importe quel produit ?