RSS
A
A
A
FR
Vrai / Faux
La couleur d'un verre influence la perception du goût de la boisson ...
Le chiffre
42%
Les consommateurs à revenu modeste déclarent moins souvent posséder un animal...
Une histoire
Comment mendier un euro efficacement ?
Si un consommateur dans l'embarras demande à un quidam un euro, il essuiera très...
Epinglé
Les influenceuses de plus de 50 ans bousculent la mode
Aujourd'hui, grâce à Instagram, les quinqua+ inspirent les plus jeunes....
Astuce
Les enchères par Internet ne sont pas souvent synonymes de bonnes affaires car...

Histoire

FaceBook et la sécurité des données personnelles

Danger vie privée !

27/09/2012
Quand un bug informatique peut révèler une faille dans les données de sécurité, l'internaute doit s'interroger sur le modèle d'affaires de l'entreprise.

Le buzz du viol de la vie privée

Des messages privés, des mails, envoyés par des internautes à leurs contacts entre 2008 et 2011 seraient désormais visibles par tous les internautes. Ces informations personnelles peuvent apparaître sous la forme de courriers du coeur, de contacts privés et professionnels, de conversations (très) personnelles ou choquantes dont la publication n'était sans doute pas désirée par l'internaute. D'autant qu'en 2010, l'accès au chat avait été fermé suite à une autre importante faille de sécurité. Cette bévue soupçonnée de FaceBook a crée une panique collective dans la blogosphère malgré les démentis de FaceBook et ses explications auprès de la CNIL (Commission Nationale Informatique et Liberté, France), l'autorité française chargée de la protection de la vie privée.

Que s'est-il passé ?

Les messages sont de vieux posts du wall qui ont toujours été visibles sur les profils des utilisateurs. Il n'y a pas eu de bug ni violation de la vie privée selon Andrew Bosworth, ingénieur en chef chez Facebook. A l'époque, de nombreux utilisateurs discutaient alors dans un va-et-vient de mur à mur et ces posts ressemblent, aujourd'hui, à des messages privés.

Présumé coupable suite à plusieurs dérapage

Car le manque de confidentialité des données personnelles et l'utilisation par FaceBook de ces dernières fait toujours débat auprès des internautes.Les reproches sont toujours plus nombreux : changements multiples, complexité de règler les paramètres, options peu claires et modifications régulières de la politique de la société régie par la loi californienne ne sont pas toujours de nature à rassurer l'utilisateur.

Et le passé ne plaide pas pour l'entreprise. En 2007 : fiasco du réseau publicitaire BEACON. En 2010 : publication de chats privés. Au point que FaceBook a dû faire face à des actions collectives (class actions)  réglées à l'amiable et que l'entreprise fait l'objet d'un contrôle des autorités américaines.

Des internautes trop naïfs ?

 

 

Les utilisateurs de FaceBook ne sont pas toujours au fait des conséquences de leurs actions. Quand celui-ci utilise FaceBook, il en accepte les conditions d'utilisation, sans souvent les étudier en détail. Quand ces conditions d'utilisation sont modifiées, l'internaute en accepte les modifications sans en maîtriser les conséquences sur sa vie privée. Or, FaceBook est une entreprise qui connaît des coûts importants. Et si l'accès est gratuit pour les internautes, les coûts de fonctionnement doivent être financés. D'une part, minoritaire, par les utilisateurs de jeux et d'applications. D'autre part, par les programmes de publicité et l'utilisation des données personnelles.

Responsabiliser l'utilisateur et renforcer sa protection

 

Quand on sait que 4,3 millions de belges utilisent FaceBook, le réseau social le plus populaire de Belgique selon InSites Consulting et que 95% d'entre eux déclarent qu'ils n'ont pas envie de s'arrêter, on ne peut que s'interroger sur la nécessité de renforcer la protection de la vie privée et de conseiller vivement aux internautes de vérifier les données qu'ils publient.